Vous êtes ici : Accueil > Découvrir Glisolles > Curiosités > A proximité > Le Sec Iton
Publié : 13 octobre 2008

Le Sec Iton

Le Sec-Iton n’est en fait qu’une partie de l’Iton, rivière de Haute-Normandie qui prend sa source dans l’Orne et se jette dans l’Eure un peu avant Louviers. La vallée du Sec-Iton, longue de 6 à 8 kilomètres, se situe en majorité sur la commune de Gaudreville La Rivière.
Le Sec-Iton est asséché 6 à 10 mois par an (en 2001 de l’eau coula tout l’été).
Dans la vallée, les eaux de surface s’infiltrent dans le sous sol par des "bétoires" en raison d’un réseau karstique très développé dans la craie Turonienne tendre et très peu fossilifère.
Ainsi une partie du cours de l’Iton disparaît subitement sur une partie de son cours entre Villalet (au Moulin du Coq) et le hameau des Boscherons avant Gaudreville la Rivière, et réapparaît à Glisolles au lieu dit “la fosse aux dames”après un parcours souterrain de 6 à 8 Km.

En hiver, les précipitations étant importantes, toute l’eau ne peut être absorbée par les bétoires, le surplus s’écoule dans le lit de l’Iton qui présente alors un cours normal, par contre en été, la majorité de l’eau disparait sous terre, et le lit de l’Iton s’assèche.

Afin d’essayer que le cours de l’Iton ne s’assèche complètement, on a construit des augets, dans le but de détourner l’eau des bétoires, et de maintenir un débit minimum pour l’irrigation ou pour abreuver le bétail.

La craie, sur les plateaux est recouverte d’argile à silex et de limons résultant de son altération, et d’alluvions et de colluvions dans les vallées.
Cette particularité géologique, la raréfaction des voies de communication donne à la vallée du Sec-Iton un caractère tranquille et calme qu’apprécient les randonneurs et les cyclistes.

A l’écart de la circulation, une sortie géologique dans cette vallée typique permet de récolter de nombreuses informations pour comprendre le paysage du Sec-Iton et permettre une première approche de la géologie d’une région.


< Un auget, à droite le cours de l’Iton à sec.

Pendant son parcours souterrain, du fait de la présence de gaz carbonique dissout dans l’eau, l’Iton creuse le calcaire. Il se forme alors des cavernes souterraines qui s’agrandissent peu à peu. Lorsque la voûte de ces cavernes devient trop faible, elle s’effondre. En surface, apparaît alors une fosse en forme d’entonnoir. On peut en voir une quinzaine sur le plateau entre la Fosse aux Dames et Gaudreville la rivière. Les plus grandes ont 40 mètres de diamètre, et autant de profondeur.